Ce n’est pas moi, ce sont les autres

Ce n’est pas moi, c’est la faute de l’autre. Depuis mon dernier article, il y a de grandes chances que vous ayez découvert que c’est vous qui passez le plus de temps à vous juger. Peut-être même que vous avez pu observer que votre jugement est plus intense dans certains domaines et absent dans d’autres.

Si vous avez l’impression que ce sont les autres qui passent leur temps à vous critiquer et à vous juger, que lorsque vous prenez le métro, tout le monde vous regarde bizarrement, je vous demande… : vraiment ? Pensez-vous réellement que les autres, qui ont leurs propres défis à relever, n’ont que ça à faire de se réveiller le matin et de vous regarder avez insistance pour vous faire comprendre à quel point vous ne devriez pas être là ou à quel point votre robe ne vous va pas?

Vous pouvez écouter l’audio : Ce n’est pas moi, ce sont les autres ! Ici ˃˃

Première étape

Arrêtons-nous juste un instant sur cela. Depuis quand lisez-vous dans les pensées des autres ? 😊 Je veux votre secret ! Avez-vous suivi des cours de lecture de regard vous permettant de déceler dans 100% des cas qu’une personne vous regarde pour telle raison et qu’elle vous juge ? Je ne pense pas. Alors pourquoi êtes-vous sûr que cette personne vous regarde bizarrement et vous critique ? Pourquoi êtes-vous sûr qu’elle vous regarde ainsi parce que vous êtes la seule minorité visible du métro ? Peut-être parce qu’au fond c’est votre manque de confiance qui vous remet en question ? Le jugement vient du subtil mélange entre avoir peur d’être soi et prendre le risque de déplaire alors que, rappelons-le, on a tous envie d’être aimé.

Selon le jugement et sa force, certains vont se taire, ne pas oser faire, ne pas risquer d’être, car ce n’est pas sécuritaire. C’est le cas de l’artiste-peintre qui craint de montrer ses toiles et de faire une exposition dans une galerie d’art, car on pourrait dire de lui qu’il n’est pas assez bon. C’est comme le nouveau diplômé fraichement sorti de l’école qui n’ose pas prendre sa place dans une entreprise de peur de faire une erreur. Ou ça me fait penser au gestionnaire d’entreprise qui doit annoncer une nouvelle direction et qui a peur de recevoir des critiques de la part de ses employés et actionnaires.

Je vous rassure, je suis passée par là. J’ai déjà été cette femme apeurée, paralysée à l’idée de ce qu’allaient penser les autres à la lecture de mes livres, de mes publications Facebook, etc. Malgré cela, une petite voix à l’intérieur de moi me disait que j’étais sur mon chemin, que ça valait le coup d’essayer.

Lorsque vos besoins, vos envies et votre mission seront clairs. Et que vous aurez atteint vore limite de vous laisser passer après les autres, alors le vent tournera. Vous choisirez d’avancer malgré la peur des critiques et du jugement.

Est-ce que cela veut dire vous ne vous jugerez plus ou ne vous critiquerez plus ? Non ! Ça arrivera toujours. Et peut-être même que comme moi vous aurez des moments de découragement. Cependant, si vous êtes prêt à apprendre et à vous améliorer, cela vous touchera différemment. Je vais vous raconter quelque chose qui m’est arrivé.

Lors de mon premier article sur Linkedin une personne m’a écrit en commentaire ceci. « Intéressant, mais il y a une faute d’orthographe dans votre article. ». Inutile de vous dire qu’avec tout le temps que j’avais investi sur cet article, j’ai été très déçue. Ça m’a fait mal. J’ai eu à accepter que même si je mettais des efforts, cela ne serait jamais parfait. J’ai demandé à cette personne de m’indiquer où se trouvait la faute afin de la corriger. J’en ai fait un apprentissage plutôt qu’un moyen pour me dévaloriser et me discréditer.

Deuxième étape

🎯 L’ACTION pour les prochains jours que je vous propose :

Parfois on a besoin d’un petit coup de pouce. Partagez vos réflexions par rapport aux actions ci-dessous sur la plateforme dédiée aux exercices et échanges : 

👉🏽 Afin de prendre conscience du rôle que vous avez quand vous vous jugez. Je vous propose de diviser une page en deux. Écrivez à gauche les critiques que les autres disent ou pensent de vous. À droite, écrivez en face de chaque critique « Moi aussi » si ces jugements sont déjà présents en vous. Prenez bien le temps de réfléchir et soyez honnête avec vous. 😉

Bonne observation 🙂

PS : pour les personnes qui n’ont pas encore accès à la plateforme gratuite, inscrivez-vous ici.

De coeur à coeur, 

Inscrivez-vous gratuitement

au PODCAST LUMINA

Partagez cet article avec vos proches.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ces articles pourraient vous intéresser

Reprenez votre pouvoir de créer, de décider et d’agir. Je crois que chaque personne et organisation a sa place et a un rôle important à jouer.